Punk Rawk 2018

Lorsque le n°39 de Punk Rawk est sorti à l’été 2008, nous savions que ce serait le dernier. Nous avions échafaudé une suite, aussi vague qu’utopique : transformer le magazine en gratuit financé par la vente d’encarts publicitaires et distribué par le circuit punk lui-même. Les groupes emporteraient des exemplaires en concert et en tournée ; les activistes, labels, distros et même les lecteurs pouvant aussi se transformer en diffuseurs officiels de Punk Rawk. Cette distribution DIY (ou plutôt Do It Together) serait aléatoire et chaotique, moins efficace qu’une présence en kiosques, mais ce serait une distribution tout de même, qui plus est directement au cœur du public concerné. Brillante idée ! Mais elle ne s’est jamais transformée en envie. Jusqu’à ce printemps 2018 où l’alignement des planètes— ou plutôt des 8 — a semblé favorable. Premier numéro de Punk Rawk : 1998. Dernier numéro : 2008. Et si nous sortions un numéro en 2018 ? Et si c’était l’occasion de mettre en pratique notre projet ?

Voici donc Punk Rawk 2018. Pour l’instant, ce one-shot est le seul élément concret du projet. Sa distribution, telle qu’on l’a envisagée, reste à faire.

Si ce numéro reprend les lignes graphique (facilité pour nous, nostalgie pour vous ?) et rédactionnelle, il n’est pas une synthèse de nos dix ans d’absence, ni un best of des anciens numéros. C’est un « vrai » numéro, avec du contenu neuf et actuel ! Un numéro tel qu’on aurait pu le réaliser si l’aventure Punk Rawk ne s’était pas arrêtée. À une exception près : le sommaire est exclusivement composé de groupes et d’acteur.rice.s hexagonaux. (…) Pour autant, le sommaire n’a pas valeur de best of de la scène française actuelle, ce n’est qu’un panorama, subjectif et non exhaustif. On a mixé ce qu’on aime et apprécie, ce qu’on a écouté et vu, ce qui nous a enthousiasmés et même surpris, et surtout ce qui nous a semblé faire vivre cette « scène » dans toute sa diversité et sa richesse.

PR2018 est tel qu’était le mag il y a dix ans : 100 pages au format A4, tout en couleurs, et livré avec un sommaire constitué d’interviews et d’articles (mais pas de chroniques ni de live reports qu’on a estimé inutiles dans un one shot). Il est accompagné d’un CD sampler de 21 titres.

Dans l’ordre d’apparition : Johnny Mafia, Uncommonmenfrommars, The Decline!, Nasty Samy, Crapoulet Records, Punkulture, Les Barrocks, Big Up Girls, David Basso / Diesel, Et Mon Cul C’est Du Tofu, Tagada Jones, Brigitte Bop, Garage Lopez, Charge 69, Nothing More, Los Tres Puntos, Toxic Waste, Two Tone Club, Washington Dead Cats, 8°6 Crew, Dead End, PKRK, Panik LTDC, Attentat Sonore, Néophyte, Burning Heads, Not Scientists, Frustration, Justine, Guerilla Poubelle, Birds In Row, Youth Avoiders, La Flingue, Heavy Heart, Decibelles, Breakout, Gonna Get Yours, Lion’s Law, Litvosk, The headliners, Syndrome 81, Rixe, Bromure, Charly Fiasco, Zone Infinie, Demon Vendetta, Cannibal Mosquitos, The Irradiates, Les Lullies, Zero Gain, Buried Option, Louis Lingg And The Bomb, Chaviré, P.O.Box, Marybell, Lame Shot!, Johk, Leptik Ficus, Les Olivensteins, Les Sheriff, Les Rats, Ludwig Von 88, Komintern Sect, Les Partisans, Homeboys, Seven Hate, Psycho Squatt, Topsy Turvy’s, Diego Pallavas, Nightwatchers, Trouz An Noz, The Mercenaries, 1984, Intenable, Lunch, Bitpart, Traverse, O.T.H., Soft Animals, Litige, Hightower, Blank Slate, L A N E, Badass Mother Fuzzers, Dédale, Vegan Piranha, Barrel Kick, Jet Reactions, Off Models & Forest Pooky.


Gratuit ?

Le magazine est gratuit, oui.
Il a été financé par la vente d’encarts pub dans les pages du magazine. Le budget ainsi récolté a financé l’impression du magazine et le pressage du CD sampler, ainsi que les frais liés à la conception du projet.
Merci aux labels et structures qui ont joué le jeu.


Mode de diffusion.

Contrairement au Punk Rawk d’antan, il n’y a donc pas de distribution en kiosques et pas de tirage faramineux. Le tirage est “seulement” de 3.000 exemplaires. Il n’y a pas d’éditeur professionnel derrière PR2018, juste le label associatif Slow Death (pour des raisons bêtement administratives). C’est une sorte de retour au fanzinat. Il n’y a pas d’objectif commercial. Les rédacteurs et photographes qui ont participé à ce numéro l’ont fait de manière bénévole. (Merci à toutes et tous).

La diffusion se fera de manière complètement DIY grâce à un réseau qu’on espère constituer rapidement. Le but étant que PR2018 soit disponible :
– lors de certains concerts
– auprès de groupes qui en apporteront avec eux en tournée (ils en déposeront dans les lieux où ils joueront ou les mettront simplement à disposition sur leur table de merch).
chez quelques disquaires indépendants et autres lieux d’obédience (punk) rock (distros, labels ou activistes habituel.le.s).

Les gens intéressés pour distribuer PR2018 autour d’eux peuvent se manifester en envoyant un message  ou en nous contactant via le formulaire de la page « Contact« .

Reportez-vous à la section “Se procurer PR2018” de ce site pour être mis au courant des lieux proposant (ou qui proposeront) PR2018.


« Commande » en ligne

Le numéro est néanmoins proposé en ligne pour celles et ceux qui voudront l’avoir rapidement sans attendre de le trouver sur un point de dépôt ou à un concert. Dans ce cas et bien qu’initialement gratuit, il faudra débourser la somme de 6,00 € pour le recevoir par voie postale (12,00 € pour un envoi hors de France). Ce prix prend en compte les frais d’envoi (le magazine + le CD sampler = 325 gr), les frais ponctionnés par Paypal, l’enveloppe… La gratuité à ses limites, désolé.

Pour le commander en ligne : punkrawk2018.bigcartel.com


Et après ?

Et après, rien.
Punk Rawk 2018 est un numéro exceptionnel (dans le sens de « unique »). Aucun autre numéro n’est prévu. Si le mag vous manque, faites le vôtre.